0 5 minutes 3 mois

Le SIG « Système d’Information Géographique » est une méthode de collecte, d’organisation, de gestion, de traitement et d’affichage de données géographiques sous forme de cartes. Lorsqu’on utilise des applications ou visite des sites web qui affichent des informations sur une carte, par exemple lorsqu’on utilise la navigation par satellite ou recherche les meilleurs restaurants à proximité, l’on se sert d’une technologie de traitement des données géoréférencées, basée sur une idée simple mais puissante datant de deux siècles : les SIG.

Les systèmes d’information géographique et leurs applications

Les systèmes SIG localisent les objets dans l’espace, c’est-à-dire sur une carte, ils sont contenus dans une base de données et sont regroupés par caractéristiques similaires et gérés sous forme de couches thématiques géoréférencées. Ce sont des systèmes informatiques et géographiques conçus principalement pour :

  • Gestion des terres ;
  • Planification urbaine et des infrastructures ;
  • Etude des changements spatiaux dans le temps ;
  • Mise en œuvre des plans de protection civile ;
  • Cartographie thématique (hydrologie, sismologie, population, transport, etc.) ;
  • Statistiques et démographie ;
  • Études archéologiques, culturelles, environnementales et de construction ;
  • Applications GPS.

Ces systèmes représentent une solution efficiente pour ainsi modéliser avec précision une zone et la couvrir de manière très détaillée et complète, et peuvent même simplifier la production des plans, maison par maison et rue par rue.

Histoire des SIG

Pour comprendre ce qu’est un système d’information géographique, il faut mettre de côté ses connaissances en informatique pour un moment, car ses origines remontent à 1854, lorsqu’une épidémie s’est propagée dans le quartier londonien de Soho. En réponse à l’épidémie, le médecin John Snow a réalisé une étude dans laquelle il a cartographié les différents cas d’infection à Londres, établissant une corrélation entre la distribution géographique et le nombre d’infectés. En observant l’évolution de l’épidémie, le Dr Snow s’est rendu compte que certaines zones étaient des points de déclenchement des épidémies de choléra : c’est ainsi qu’est née l’idée de géoréférencer les données caractéristiques pour en tirer des conclusions sur la marche à suivre. Il s’agissait de l’une des premières applications réelles du SIG. Un SIG est donc un système qui relie les informations géographiques à d’autres informations contenues dans une base de données (population, environnement, villes, etc.). L’une des premières définitions des SIG à l’ère numérique a été proposée par Peter A. Burrow, professeur à l’université d’Oxford (Royaume-Uni), en 1986 : « Le SIG consiste en un ensemble de procédures pour la collecte, le stockage, la récupération, le traitement et l’affichage de données spatiales du monde réel ».

Éléments caractéristiques des SIG

Aujourd’hui, les SIG sont associés à des logiciels tel que bim logiciel, qui combinent la manipulation classique de bases de données avec l’analyse géospatiale, c’est-à-dire la combinaison d’informations alphanumériques avec des informations spatiales afin d’obtenir des informations géoréférencées. L’information géographique (cartes, photographies, etc.) joue un rôle important dans la phase d’évaluation et de prise de décision, car elle est simple et immédiatement compréhensible, même pour les non-experts. Un système SIG est composé des éléments suivants :

  • Logiciels (logiciels SIG, bim logiciel, réseaux, archives) ;
  • Matériel (ordinateurs, imprimantes, traceurs, GPS) ;
  • Données (informations, images, etc.) ;
  • Technologie (programmes d’analyse spatiale, etc.) ;
  • Ressources humaines (analystes, utilisateurs).

Ces systèmes permettent l’interaction avec différents systèmes informatiques et offrent un nombre illimité d’applications pour tous les besoins liés aux composantes spatiales.