Rédaction de testament, les erreurs à éviter
0 4 minutes 5 mois

Afin de faire connaître ses dernières volontés concernant le sort à donner à ses biens et à son patrimoine, l’on doit rédiger un testament. Pour que ce document soit valable, plusieurs règles doivent être respectées. Cela permet entre autres d’éviter les éventuelles contestations.

Les particuliers commettent le plus souvent des erreurs dans la rédaction de leur testament. Elles vont avoir comme conséquences d’empêcher l’exécution des directives laissées par le défunt. Pour ne pas tomber dans ce genre de situation, il convient d’éviter quelques erreurs.

Rédiger son testament sur ordinateur

À l’ère du digital et du numérique, mais aussi avec l’évolution de la technologie, on peut être tenté de vouloir écrire son testament sur ordinateur. C’est une erreur à ne surtout pas commettre si l’on veut que ce document soit valable. Il est important de rappeler qu’en matière de testament, seul le format manuscrit est admis. En d’autres termes, il doit être écrit à la main. C’est ce qu’on appelle les testaments olographes. Ils permettent entre autres d’éviter ou de limiter les risques de falsification.

Si l’on ne sait pas ou ne peut pas écrire, il est toujours possible de se rapprocher d’un notaire. Il vous faudra alors dicter vos volontés au notaire en présence de deux témoins ou d’un deuxième notaire. L’officier public devra alors vous relire le contenu du testament pour s’assurer qu’il correspond parfaitement à votre souhait. Il sera ensuite signé par le testateur et les témoins.

Sur le site https://in-deed.be/, vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le sujet.

faites le choix de rédiger vous-même votre testament

Omettre de préciser la date

Si vous faites le choix de rédiger vous-même votre testament, il faut s’assurer qu’il contient toutes les mentions obligatoires imposées par la loi. Il doit entre autres mentionner la date de la création de l’acte. Le jour, le mois et l’année doivent être clairement indiqués dans le testament.

Il convient de préciser que la date est en quelque sorte garante de la validité de ce document. Les héritiers ou toute autre personne autorisés par la loi peuvent remettre en cause sa validité s’il manque une date précise. L’année ou le mois seul ne suffit pas. Vous risquez alors de voir votre dernière volonté non respectée.

À noter que le manque de clarté est aussi une autre erreur à éviter. Il faut s’assurer que votre testament :

  • Soit le plus clair possible et lisible
  • Ne contient pas de ratures.

On doit aussi s’assurer qu’il n’y a pas de contradiction dans les souhaits du testateur.

Se servir du testament pour déshériter un héritier réservataire

Pour plusieurs raisons, l’on peut être tenté de priver les héritiers réservataires de leur part d’héritage. C’est une erreur qu’il ne faut pas commettre lors de la rédaction de son testament au risque de le voir contester. Il faut savoir que les enfants ou encore le conjoint survivant ont droit à une part minimale du patrimoine du défunt.

La seule partie du testament qui n’est pas réservée est celle que l’on appelle quotité disponible. Ainsi le testateur peut le donner à la personne de son choix ou à une organisation via un testament ou un acte de donation.