0 5 minutes 8 mois

L’alliage se traduit littéralement par le mélange de deux ou plusieurs métaux dans des proportions variées. Le but en est de créer une combinaison permettant de tirer parti des propriétés de chaque élément. Pourquoi est-il nécessaire de fusionner l’or avec d’autres métaux ? Nous vous apportons ci-après les réponses.

 

L’alliage permet à l’or de gagner en solidité

L’or fait partie des métaux précieux les plus élastiques. Il est, de ce fait, très souple et facilement malléable, une caractéristique qui l’avantage lorsqu’il s’agit de créer des feuilles d’or ultra fines. Mais lorsqu’il est utilisé dans la fabrication de bijoux, sa ductilité doit être compensée. Selon la bijouterie Diamonds Factory, l’apport d’autres substances est nécessaire pour que l’or gagne en solidité. Le fait de le mélanger au cuivre ou à l’argent le rendra ainsi plus résistant. Seule la présence d’autres métaux, précieux et semi-précieux, dans la composition permettra aux bijoux en or de ne pas se déformer au moindre choc.

 

Le mélange est indispensable pour varier les couleurs de l’or

L’or, dans son état pur, est naturellement jaune. Vous l’aurez compris, il faut donc l’associer à d’autres métaux pour créer une bague en or blanc, en or gris, ou en or rose. La couleur que vous voulez obtenir déterminera en effet le type d’alliage que votre bijoutier orfèvre devra effectuer. Bien évidemment, le mélange des couleurs, ici, a une finalité purement esthétique.

Voici comment les proportions des alliages sont calculées, en fonction du rendu désiré :

  • Or jaune = or 80 % + argent 10 % + cuivre 10 %
  • Or gris= or 75 % + argent 10 % + palladium 15 %
  • Or semi-jaune = or 91,5 % + argent 6 % + cuivre 2,5 %
  • Or citron = or 94,5 % + argent 5,5 %
  • Or rouge = or 75 % + cuivre 25 %
  • Or blanc = or 20 % + argent 80 %
  • Or rose = or 75 % + argent 10 % + cuivre 15 %
  • Or vert = or 75 % + argent 25 %or vert peut être obtenu avec 25% d’argent

À ce jour, de plus en plus de créateurs font usage du platine, de l’aluminium, du nickel, du zinc et du manganèse pour obtenir des mélanges beaucoup plus complexes (or violet, or noir, etc.).

 

La fusion permet de créer ce qu’on appelle « alliages d’or »

Les termes « or » et « alliages d’or » sont définis par la législation française. En effet, seuls les bijoux fabriqués avec 18 carats et plus peuvent être désignés par l’appellation « or ». Si vous avez donc un bracelet ou un collier de 16, 14, ou 9 carats, votre bijoutier l’appellera plutôt « alliage d’or ». Plus la teneur minimale en or est élevée, plus le nombre de carats augmente.

À titre d’information, l’or jaune doit répondre aux proportions suivantes selon le nombre de carats recherché :

  • Or jaune 22 carats : au moins 91,5 % d’or fin
  • Or jaune 18 carats : au moins 75 % d’or fin
  • Or jaune 14 carats : au moins 58 % d’or fin
  • Or jaune 9 carats : au moins 38 % d’or fin

Le fait de mélanger l’or à d’autres métaux permettra alors aux personnes à budget modeste de porter des bijoux de qualité, mais à un coût moins onéreux.

 

L’alliage simplifie le travail de l’or

Comme mentionné plus haut, l’or est plutôt délicat et fragile. Malgré cela, il doit faire l’objet de diverses manipulations, pressions, et transformations avant de devenir la belle bague solitaire que vous trouvez dans les vitrines de votre bijouterie. C’est justement pour simplifier le travail de ce métal que les orfèvres doivent le mélanger à d’autres matières. De cette manière, que ce soit lors du laminage, de la fonte, ou du polissage, l’or ne s’altère pas et préserve toutes ses caractéristiques originelles.

 

Le mélange de l’or avec d’autres métaux relève de la compétence des orfèvres. N’hésitez pas à leur confier la création de vos bijoux, selon vos préférences en termes de design et de couleurs.